Comparer les biens

Bonne nouvelle : les taux de crédit immobilier ne devraient pas s’envoler

Bonne nouvelle : les taux de crédit immobilier ne devraient pas s’envoler

Sur le front des taux de crédit immobilier, le début d’année s’annonce plutôt calme, selon les courtiers. Les banques, qui ont des objectifs ambitieux pour 2018, n’ont pas intérêt à augmenter leur taux. Explications.

Qui aurait pu croire qu’un record de transactions aurait été établi une année d’élection présidentielle, période d’ordinaire calme? Pas grand monde. Et pourtant, c’est bien ce qui est arrivé: près d’un million de transactions devraient être réalisées pour l’année 2017. Les taux d’intérêt, qui se sont avérés bien moins élevés que prévu, expliquent en grande partie ce résultat. Après un plus bas historique à 1,31% de moyenne pour un prêt sur 20 ans en novembre 2016, la moyenne toutes durées confondues a connu un petit sursaut pour atteindre 1,57% en août dernier, selon l’Observatoire Crédit Logement. Depuis, les taux n’augmentent plus et diminuent même pour atteindre 1,51% en décembre dernier. Un niveau supérieur au 1,38% enregistré un an plus tôt mais largement supérieur au 2,1 ou 2,2% affichés en 2015 et 2016.

Sur le front des taux de crédit immobilier, le début d’année s’annonce plutôt calme, selon les courtiers. Les banques, qui ont des objectifs ambitieux pour 2018, n’ont pas intérêt à augmenter leur taux. Explications.

Qui aurait pu croire qu’un record de transactions aurait été établi une année d’élection présidentielle, période d’ordinaire calme? Pas grand monde. Et pourtant, c’est bien ce qui est arrivé: près d’un million de transactions devraient être réalisées pour l’année 2017. Les taux d’intérêt, qui se sont avérés bien moins élevés que prévu, expliquent en grande partie ce résultat. Après un plus bas historique à 1,31% de moyenne pour un prêt sur 20 ans en novembre 2016, la moyenne toutes durées confondues a connu un petit sursaut pour atteindre 1,57% en août dernier, selon l’Observatoire Crédit Logement. Depuis, les taux n’augmentent plus et diminuent même pour atteindre 1,51% en décembre dernier. Un niveau supérieur au 1,38% enregistré un an plus tôt mais largement supérieur au 2,1 ou 2,2% affichés en 2015 et 2016.

» LIRE AUSSI – Crédits immobiliers: les Français s’endettent encore massivement

Au début de l’année dernière, les courtiers immobiliers étaient en plein rush. Craignant une remontée des taux, les Français s’étaient précipités vers leur banquier pour souscrire ou renégocier un crédit immobilier. Une hausse qui n’a donc finalement pas eu lieu. Un an plus tard, ce devrait être le calme plat, à en croire les professionnels. Pour la plupart d’entre eux, les taux ne remonteront pas. En tout cas, pas aussi brutalement que ne pourraient le craindre les potentiels emprunteurs.

Les banques cherchent à rester attractives pour commencer cette année dans les meilleures conditions, dans un contexte qui sera sans doute moins favorable qu’en 2017. On peut supposer notamment qu’il sera difficile de battre voire de s’approcher du record de ventes de l’année dernière. Pour Maël Bernier, de Meilleurtaux, «aucune menace de forte hausse sur les taux n’est à craindre». «Les banques n’ont pas d’intérêt à bloquer le marché en remontant fortement les taux. L’immobilier est leur seul produit d’appel pour capter de nouveaux clients. En outre, leurs marges restent confortables.»

Une décision majeure le 12 janvier

Augmenter les taux, par exemple de 0,5 point (hausse des mensualités de 70 euros), «aurait un effet psychologique beaucoup plus grave» que de les laisser inchangés ou de les augmenter de 0,1 ou 0,2 point (augmentation des mensualités entre 14 et 28 euros), selon elle. Une telle hausse porterait, en effet, les taux au-delà des 2%. Une barre symbolique qui n’a plus été atteinte depuis environ deux ans.

Même constat chez Empruntis. Le courtier immobilier a constaté que le mois de janvier présente un baromètre des taux similaire à celui du mois de décembre. «Les taux sur 15 et 20 ans, les plus demandés par les emprunteurs, sont globalement stables, déclare Cécile Roquelaure, directrice des études d’Empruntis. Les banques restent attentistes: elles attendent de voir comment la demande va évoluer avec les nouvelles conditions de marchés (PTZ, APL accession, prix de l’immobilier…)».

Mais la situation pourrait toutefois évoluer en fonction d’une décision du Conseil constitutionnel: le 12 janvier, les Sages du Palais Royal se prononceront en faveur ou pas de la résiliation annuelle de l’assurance emprunteur pour les crédits souscrits avant le 22 février 2017. Un enjeu majeur pour les banques.

Source : Le figaro

Anciens articles

À Paris, louer sur Airbnb est rentable à partir de 126 nuits par an

INFO LE FIGARO - C’est le seuil à partir duquel un propriétaire habitant dans la capitale gagne...

Continuer la lecture

IMMOBILIER DE PRESTIGE : ON ACHÈTE QUOI AVEC 1 MILLION D’EUROS ET PLUS ?

Les professionnels parlent d’immobilier de prestige pour les biens qui se négocient à partir...

Continuer la lecture

Placement financier : l’immobilier toujours favori des Français

Selon le baromètre Perial-Ifop, l'immobilier reste en 2017 encore et toujours le placement...

Continuer la lecture

Rejoindre la discussion