Comparer les biens

Immobilier : Paris toujours dans le top 5 des villes préférées des grandes fortunes mondiales

Immobilier : Paris toujours dans le top 5 des villes préférées des grandes fortunes mondiales

LUXE – Le marché immobilier de prestige se maintient à Paris, qui parvient à rester en bonne place dans le classement annuel du spécialiste de l’immobilier haut de gamme Barnes. Perdant un peu de sa superbe en raison de l’agitation sociale survenue en fin d’année, la capitale française profite en revanche largement de l’effet Brexit.

Si la Ville lumière perd un peu de son éclat, elle n’en demeure pas moins très attractive. Paris reste en effet dans le top 5 des villes où l’immobilier haut de gamme est le plus recherché. C’est en tout cas ce que montre l’enquête annuelle publiée cette semaine par Barnes.

Ce spécialiste des biens de prestige a en effet établi le palmarès des 50 villes plébiscitées par les personnes les plus riches de la planète (c’est-à-dire dotées d’un patrimoine personnel d’au moins un million de dollars, soit 880.000 euros), en tenant compte à la fois de l’aspect financier, des attraits émotionnels et des considérations pratiques.

Selon Barnes, la capitale française a donc toujours du succès, même si elle perd trois places par rapport à l’an dernier. Ses monuments, ses parcs et ses enseignes de luxe continuent d’attirer, en dépit du mouvement social des Gilets jaunes en fin d’année. Le marché reste en effet malgré tout actif, les prix affichant une hausse de 8% en moyenne, et le nombre de transactions opérées par Barnes ayant augmenté de 16% : un niveau record.

Le Brexit n’est pas étranger au succès français (à noter d’ailleurs que Londres sort du top 5). Des Français expatriés envisagent notamment leur retour. L’Ouest parisien, délaissé ces dernières années, attire ainsi de nouveau les familles. Le XVIe arrondissement en particulier abrite la plus forte concentration de grands appartements de plus de 200 m² et des écoles ayant bonne réputation.

Hong Kong, devant New York et Los Angeles

Pas suffisant toutefois pour rivaliser avec Hong Kong, numéro un du classement cette année grâce à une progression de quatre places. Le poumon économique de l’Asie, très recherché par la clientèle haut de gamme chinoise notamment, est actuellement la ville la plus chère au monde avec un mètre carré à tout de même 33.000 euros.

New York, détrônée par Hong Kong, occupe désormais la deuxième place. Après s’être envolés entre 2012 et 2016, les prix y redescendent en moyenne de 8%. La demande reste cependant pressante, notamment pour les logements en dessous de 5 millions de dollars (4,4 millions d’euros). L’installation en fin d’année du deuxième siège social d’Amazon dans le quartier de Long Island City devrait aussi contribuer à dynamiser le marché.

L’essor des programmes neufs de prestige

Los Angeles et Toronto occupent les troisième et quatrième positions. Ces deux secteurs connaissent notamment un essor des programmes de construction de luxe neuves. La métropole californienne attire pour sa part surtout dans ses banlieues chic telles que Beverly Hills et Bel Air. Et directement sur la côte, Malibu et Santa Monica remportent également un franc succès.

La plus grande ville du Canada séduit quant à elle surtout la riche clientèle canadienne et américaine. Les anciennes demeures de maître à minimum 10 millions d’euros et les maisons contemporaines à au moins 5 millions d’euros du quartier huppé de Rosedale sont particulièrement prisées.

Source : LCI.fr

Anciens articles

Chaudières : les conditions de ressources pour bénéficier du “super crédit d’impôt”

La loi de finances pour 2019 a étendu le champs d’application du crédit d’impôt pour la...

Continuer la lecture

Crédit immobilier : faut-il profiter du retour en force des prêts sur 30 ans ?

Les crédits de très longues durées sont de retour sur le marché. Une véritable aubaine pour...

Continuer la lecture

9 astuces pour optimiser l’espace dans votre salon

Si vous manquez de place dans votre salon, la solution est d'investir tout l'espace. Du sol au...

Continuer la lecture

Rejoindre la discussion